Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Boule de suif de Guy De Maupassant

Guy De Maupassant
  Boule de suif
  Le rosier de Madame Husson
  Le parapluie et autres nouvelles
  Mademoiselle Fifi et autres nouvelles
  Clair de Lune et autres nouvelles
  Pierre et Jean
  Bel-ami
  Le Horla
  Toine et autres contes
  L'héritage
  Chroniques cauchoises
  Monsieur Parent
  M comme: Le Horla
  Les prostituées
  Les contes de la Bécasse

* On peut voir la fiche "Du roman considéré comme un des beaux-arts"

* J.S Bordas a fait une adaptation en bande dessinée de la nouvelle de Maupassant "Le Docteur Héraclius"

Boule de suif - Guy De Maupassant

Sociale épopée
Note :

   Magnifique écriture que celle de Maupassant, au service, là comme dans de nombreux autres cas, de la dénonciation de conventions bourgeoises, de l’hypocrisie bien-pensante. Ce qui pourrait n’être que du «politiquement-correct» avant l’heure, de la «bien-pensance» de gauche, prend ici le corps d’une vraie histoire, avec des personnages de chair aux… défauts clairement marqués!
   
   C’est la guerre de 1870. L’hiver. La France est envahie par les Prussiens. A Rouen, envahi par les prussiens, des notables bourgeois veulent se réfugier au Havre. Ils obtiennent de l’occupant, petites compromissions déja, l’autorisation d’affrêter une diligence pour Dieppe, avec l’idée ultime de prendre là-bas le bateau pour Le Havre, non occupé. Au petit matin, sous la neige, le théâtre se met en place: trois couples de notables, tous plus odieux et suffisants les uns que les autres, deux religieuses (pas le beau rôle non plus!), un «démoc» (démocrate forcément ennemi des bourgeois) et Boule de Suif donc. Boule de Suif dont la profession, il faut bien le dire, la marginalise dans l’habitacle de la diligence. Boule de Suif est prostituée, et connue comme telle.
   
   Maupassant se régale à dérouler son histoire au point de ne nous faire apparaître sympathique que Boule de Suif, tous les autres à des degrés divers sombrant dans la lâcheté, la bêtise, la méchanceté…
   
   Ce serait un véritable plaisir que de raconter l’huis-clôs, dans la diligence d’abord puis à Tôtes, village où il vont rester bloqués plusieurs jours du fait de la «résistance» de Boule de Suif à ne point accorder ses faveurs à un officier prussien. Et croyez-vous que son héroïsme et sa ténacité seront récompensés ? Je vous laisse deviner tout en vous rappelent toutefois que nous sommes dans du Maupassant!
   
   Du bonheur de lecture. On est dans la diligence, on est à Tôtes. On est même Boule de Suif.
   ↓

critique par Tistou




* * *



Huis-clos et la nausée en diligence
Note :

   Guy de Maupassant appartenait au groupe des écrivains naturalistes qui se réunissaient à Médan, dans la propriété d'Emile Zola. Tous s'engagèrent à écrire une nouvelle ayant pour sujet la guerre pour un recueil collectif. "Boule de Suif" fut écrit en 1879 et publié dans le recueil : "Les soirées de Médan" en 1880. Cette nouvelle, peut-être l'une des meilleures de l'écrivain, assura la notoriété de Maupassant dans le monde des Lettres.
   
   Guy Maupassant place l'action de "Boule de Suif" à Rouen envahi par les Prussiens pendant la guerre de 1870-71. Pour échapper à l'occupation, dix personnes de milieux sociaux différents - dont une jeune prostituée, Elizabeth Rousset, surnommée Boule de Suif - se retrouvent, enfermés dans une diligence qui doit les amener jusqu'au Havre. Mais lors d'une halte dans un relais, un officier prussien donne l'ordre de retenir la voiture, avec tous ses passagers, si Boule de Suif refuse de coucher avec lui. Celle-ci, très patriote, blessée dans ses sentiments, refuse. Chaque membre de la "bonne société" va faire alors en sorte de la pousser dans les bras de l'ennemi. Mais lorsqu'elle s'exécute et que la diligence repart, elle est en butte au mépris de ces vertueux voyageurs qui ne veulent plus lui adresser la parole et refusent de partager leur repas avec elle.
   
   Dans cette nouvelle Guy de Maupassant va se faire le petit plaisir de réunir dans un huis-clos, une diligence, tous les représentants de la société française. Il place la voiture dans un milieu hostile, la neige, les congères qui empêchent d'avancer, le froid, la guerre qui dévaste les campagnes et prive les voyageurs de nourriture, les soldats ennemis qui entretiennent la peur et prolongent le face-à face. En effet, quel autre lieu aurait pu réunir en ces temps de guerre, M. Loiseau, négociant en vin, et son épouse, M. Carré-Lamadon, propriétaire de trois filatures, et sa jeune femme, le comte et la comtesse de Bréville, deux bonnes sœurs, un Républicain démocrate et une prostituée. Un éventail complet de la société qu'il attaque d'une plume féroce. Personne n'est épargné même si, in finale, la prostituée se révèle la plus sympathique et la plus honnête!
   
   
   LES BOURGEOIS
   Avant de les réunir dans même un lieu, Maupassant avait exercé sa vindicte sur les bourgeois normands "bedonnants, émasculés par le commerce" qui laissent l'ennemi entrer dans Rouen sans réagir. Il fustige leur lâcheté mais aussi leur hypocrisie quand ils pactisent avec les prussiens à condition que ce ne soit pas en public.
    "Et pourquoi blesser quelqu'un dont on dépendait tout à fait? Agir ainsi serait moins de la bravoure que de la témérité. - Et la témérité n'est plus un défaut des bourgeois de Rouen, comme au temps des défenses héroïques où s'illustra leur cité. - On se disait enfin, raison suprême tirée de l'urbanité française, qu'il demeurait bien permis d'être poli dans son intérieur pourvu qu'on ne se montrât pas familier, en public, avec le soldat étranger."
   
   En fait, la seule chose capable de toucher les bourgeois, de les émouvoir sincèrement, c'est lorsque l'on s'attaque à leur argent.
   "Les vainqueurs exigeaient de l'argent, beaucoup d'argent. Les habitants payaient toujours; ils étaient riches d'ailleurs. Mais plus un négociant normand devient opulent et plus il souffre de tout sacrifice, de toute parcelle de sa fortune qu'il voit passer aux mains d'un autre."
   

   Les bourgeois qui voyagent dans la voiture sont les dignes représentants de cette classe. Monsieur Loiseau est un filou qui vend ses mauvais vins à l'armée française, de plus il aime les plaisanteries salaces et se montre volontiers grivois devant les dames.
   "De taille exiguë, il présentait un ventre en ballon surmonté d'une face rougeaude entre deux favoris grisonnants."
   Madame Loiseau est encore plus avare que lui et souffre dès qu'il est question de dépenser de l'argent.
   Monsieur Carre-Lamadon, "homme considérable", est un fieffé coquin qui a compris que la politique devait lui rapporter :
   "Il était resté, tout le temps de l'Empire, chef de l'opposition bienveillante, uniquement pour se faire payer plus cher son ralliement à la cause qu'il combattait avec des armes courtoises, selon sa propre expression."

   Quant à sa femme, elle aime beaucoup (trop?) les militaires et l'on croit comprendre, qu'à la place de Boule de Suif, elle n'aurait pas fait la fine bouche devant le bel officier prussien.
   
   LA NOBLESSE
   Le comte et la comtesse de Bredeville sont aussi passés à la moulinette par un Maupassant en forme et brillant qui montre avec ironie sur quoi reposent la suffisance et la prétendue supériorité de leur famille. Monsieur se vante de ressembler à Henri IV qui "avait rendu grosse une dame de Bréville, dont le mari, pour ce fait, était devenu comte et gouverneur de province." Quant à madame, qui n'est pas d'origine noble, elle est très bien accueillie parce qu'elle a été "aimée par un des fils de Louis-Philippe". Autrement dit ces messieurs de la noblesse ont eu la bonne fortune d'être "cocufiés" par plus grands qu'eux et en ont retiré des bénéfices!
   
   Ces nobles et ces bourgeois que tout pourrait opposer vont pactiser car il sont tous les représentants du pouvoir conféré par l'argent : " Ces six personnes formaient le fond de la voiture, le côté de la société rentée, sereine et forte, des honnêtes gens autorisés qui ont de la religion et des principes."
   
   LA RELIGION
   La religion est représentée par les deux sœurs " qui égrenaient de longs chapelets en marmottant des Pater et des Ave. L'une était vieille avec une face défoncée par la petite vérole comme si elle eût reçu à bout portant une bordée de mitraille en pleine figure. L'autre, très chétive, avait une tête jolie et maladive sur une poitrine de phtisique rongée par cette foi dévorante qui fait les martyrs et les illuminés."
   Jusqu'ici le trait est caricatural mais les religieuses restent en retrait et sont réservées. Le trait satirique se durcit quand il s'agit de persuader Boule de Suif de céder au commandant prussien. Lorsqu'on lui demande son avis, la plus âgée des sœurs va trouver des arguments :
   "Alors, soit par une de ces ententes tacites, de ces complaisances voilées, où excelle quiconque porte un habit ecclésiastique, soit simplement par l'effet d'une inintelligence heureuse, d'une secourable bêtise, la vieille religieuse apporta à la conspiration un formidable appui."
   Le trait satirique va très loin. Maupassant souligne qu'il ne s'agit pas du comportement propre à un seul individu mais à tous les gens d'église : "quiconque porte un habit ecclésiastique". D'autre part, la sœur à le choix entre la "inintelligence heureuse" (j'adore la formule!) et la "complaisance voilée"! On voit que les sœurs n'échappent pas à l'hypocrisie générale et elles se comporteront par la suite avec autant de dureté, oubliant ce qu'est la charité chrétienne, laissant Boule de Suif sans repas, bouleversée, détruite par l'opprobre générale..
   
   LE PEUPLE
   Les deux personnes du peuple qui voyagent dans la diligence et que les autres considèrent avec suspicion et mépris sont-ils mieux traités par l'écrivain?
   Voyons ce qu'il en est du démocrate, Cornudet, que Maupassant appelle le démoc, (le terme est déjà en lui-même méprisant), homme du peuple qui a "mangé" la fortune héritée de son père", non pas en l'utilisant pour une cause noble mais en buvant, dans les "cafés démocratiques". (Appréciez l'alliance des mots!) On s'aperçoit vite que ses idées révolutionnaires ne sont que des paroles vaines. Cornudet est un poivrot qui n'agit pas, il reste passif et la langue acerbe de l'écrivain ne l'épargne pas plus que les autres :
   "...il attendait impatiemment la République pour obtenir enfin la place méritée par tant de consommations révolutionnaires."
   
   Le portrait physique d'Elizabeth Rousset, dite Boule de Suif est aussi caricatural " Petite, ronde de partout, grasse à lard, avec des doigts bouffis, étranglés aux phalanges, pareils à des chapelets de courtes saucisses..." mais l'on s'aperçoit vite que la sympathie de l'auteur lui est acquise.
   C'est la seule qui ait tenu tête à l'ennemi et soit obligée de partir pour se soustraire aux ennuis que lui a causé son attitude patriotique. Pour les mêmes raisons, elle refuse de céder au commandant prussien et lorsqu'elle le fait sous la pression des autres, c'est pour elle un sacrifice. D'ailleurs, elle sent honteuse et souillée. De plus, c'est la seule à montrer de la générosité. Elle partage son déjeuner quand les autres voyageurs ont faim alors que ceux-ci refusent de lui parler et de lui donner à manger. A travers ces deux repas pris dans la diligence, le premier où elle offre ses provisions et le deuxième où les autres lui refusent les leurs, se dessinent toute l'hypocrisie des classes sociales supérieures, la cruauté et la bassesse. On sent l’écœurement de Maupassant, son mépris. Même le prétendu démocrate, Cornudet, n'est pas en reste, qui chante la Marseillaise pour narguer la pauvre fille et la torturer plus longtemps encore que les autres. Il est vrai que ce faisant, il irrite aussi ses compagnons de voyage et se venge de leur dédain.
   
    LA GUERRE
   Le thème de la guerre est omniprésent puisque c'est à travers cette situation tragique qui bouleverse le pays que se révèle le caractère de chacun.
   Et d'abord le comportement de l'armée française en guenilles, sans drapeau, ni régiment et de la garde nationale qui fusille ses propres sentinelles et "se préparant au combat quand un petit lapin remuait dans les broussailles" et qui disparaît quand l’ennemi arrive. Rodomontade, fanfaronnade, désordre, lâcheté, voilà le comportement de ceux qui sont chargés de la défense du pays.
   La suite avec l'occupation allemande est une description qui nous rappelle ce qui s'est passé dans notre pays dans un passé beaucoup moins lointain
   
   La collaboration
   La seule qui refuse la collaboration est Boule de Suif. Elle a des provisions chez elle et aurait pu nourrir des soldats chez elle mais elle ne peut pas supporter cette honte. Alors que tous les autres accueillent les prussiens à leur table et leur font fait bonne figure
   "Dans beaucoup de familles, l'officier prussien mangeait à table. Il était parfois bien élevé, et, par politesse, plaignait la France, disait sa répugnance en prenant part à cette guerre. On lui était reconnaissant de ce sentiment; puis on pouvait, un jour ou l'autre, avoir besoin de sa protection."
   
   La résistance
   Mais la résistance existe qui est le fait de groupe ou d'individu isolé. Les pêcheurs ou les mariniers retrouvent parfois le cadavre d'un allemand :
   "Les vases du fleuve ensevelissaient ces vengeances obscures, sauvages et légitimes, héroïsmes inconnus, attaques muettes, plus périlleuses que les batailles au grand jour et sans le retentissement de la gloire."
   
   La critique de la guerre
   La critique de la guerre est menée par les gens du peuple, les paysans en particulier. Une vieille femme constate que c'est mal de tuer son prochain mais que, pendant la guerre, on accorde le plus de médailles à celui qui en tue le plus :
   "Non, voyez-vous, je ne comprendrai jamais cela!"
   et tous de conclure que ce sont les pauvres gens qui souffrent toujours le plus quelque soit leur origine, leur pays : " ainsi le soldats prussiens ça ne les amuse pas, la guerre, allez! Je suis sûr qu'on pleure bien aussi là-bas après les hommes; et ça fournira une fameuse misère chez eux comme chez nous."
   ET finalement tous désignent les mêmes coupables : "C'est les grands qui font la guerre." et "ils se demandent si l'on ne devrait pas plutôt tuer tous les rois qui font ça pour leur plaisir?"
   
   "Boule de Suif" est une nouvelle extrêmement lucide et sans concession sur la société. Elle est écrite dans une langue très pure, très sobre qui fait ressortir l'ironie mordante de Maupassant avec plus d'acuité. Les descriptions de la neige, du pays gris et désert, sont très belles et servent de cadre désolé au drame qui se joue dans cet environnement hostile.
   "Un rideau de flocons blancs ininterrompu miroitait sans cesse en descendant vers la terre; il effaçait les formes, poudrait les choses d'une mousse de glace; et l'on n'entendait plus, dans le grand silence de la ville calme et ensevelie sous l'hiver, que ce froissement vague, innommable et flottant de la neige qui tombe, plutôt sensation que bruit, entremêlement d'atomes légers qui semblaient emplir l'espace, couvrir le monde."
   Ces "gredins honnêtes", comme les nomme Maupassant, représentent une société haïssable qui n'a aucune morale mais qui se targue d'appartenir à la "bonne société", ce qui leur assure quoiqu'ils fassent - vols, escroqueries, mensonges, adultères, lâcheté, cruauté, hypocrisie, vulgarité, égoïsme, avarice - le respect de leurs pairs et le droit de piétiner ceux qui leur sont inférieurs par le rang.

critique par Claudialucia




* * *