Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Objectif de Hitonari Tsuji

Hitonari Tsuji
  Objectif
  La lumière du détroit
  Pianissimo Pianissimo
  Dahlia
  Le bouddha blanc
  L’arbre du voyageur

Hitonari Tsuji alias Jinsei Tsuji (辻 仁成?) est un auteur japonais né à Tokyo en 1959.
Très connu au Japon comme poète, romancier et réalisateur, il est aussi chanteur de rock (groupe de Rock Echoes). Il vit actuellement à Paris.

Objectif - Hitonari Tsuji

Sensible
Note :

   Ce mince roman (à peine 90 pages) est le portrait d’une femme qui souffre de phobie sociale depuis l’enfance et qui parvient grâce à la photographie (dont elle a fait son métier), à établir un lien particulier avec le monde.
   Cet art lui permet à la fois de nouer un contact avec les autres, de les maîtriser, de les tenir à distance, et surtout d’exprimer ses sentiments à leur égard.
   La relation la plus importante de sa vie est son ancien amour – le seul de ses modèles qui n’aime pas se laisser photographier – et avec lequel elle entretient une amitié emprunte de nostalgie.
   
   Plus que sur la photographie, ce livre m’a semblé être une réflexion sur les émotions: émotion que doit ressentir l’artiste pour faire naître la beauté, peur de l’amour et du regard des autres, mélange de joie et de tristesse face au côté éphémère des choses. Dans "Objectif" ces trois émotions sont intimement liées et amènent le lecteur à s’interroger sur le sens de la création et la place de l’artiste par rapport au monde (à la fois proche et à l’écart).
   
   A en croire ce livre, l’art n’est pas une thérapie: il permet de transcender ses peurs et ses blessures, de vivre avec, mais il ne les guérit pas.
   
   J’ai lu qu’Hitonari Tsuji, en plus d’être romancier, photographe et même chanteur de rock, était aussi cinéaste et poète: et cela se devine par la grande simplicité et le côté très visuel de son style.
   
   La seule chose que je regrette par rapport à ce roman est sa fin – qui n’est pas à la hauteur de ce qui précède, et qui tombe un peu dans la facilité.
   
   Il est vrai aussi que certains passages semblent naïfs par moments - mais je l’ai plutôt ressenti comme de la fraîcheur, assez caractéristique de la poésie japonaise, et que je trouve pleine de charme.
   
   Je pense que ce court roman peut émouvoir les lecteurs qui ont une pratique artistique ou que la créativité intéresse.

critique par Etcetera




* * *