Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Irlanda de Espido Freire

Espido Freire
  Irlanda
  Pêches glacées

Espido Freire est le nom de plume de María Laura, écrivaine espagnole né en 1974.

Irlanda - Espido Freire

Plantes vénéneuses
Note :

   Ce roman espagnol contemporain nous plonge dans une atmosphère tout à fait étrange, à la fois inquiétante, ambiguë et, à bien des égards, poétique.
   
   La narratrice, une adolescente solitaire et sensible, nommée Natalia, vient de perdre sa petite sœur atteinte d’une grave maladie. Sa mère, pour lui éviter l’atmosphère de deuil de la maison, l’envoie en vacances avec ses cousins et trois de leurs amis remettre en état une maison familiale.
   Sa cousine, Irlanda, la fascine par son ascendant naturel sur les autres, et éveille par là même son hostilité et son désir d’échapper à son emprise.
   
   Une sourde rivalité oppose dès lors les deux adolescentes, sur divers modes, du plus hypocrite au plus déclaré, en prenant des motifs au début anodins, puis de plus en plus sérieux.
   
   Natalia vit dans un monde à mi chemin entre fantasme et réalité, et l’auteur Espido Freire montre un certain talent pour nous faire entrer dans les pensées de cette jeune fille : pensées à la fois hantées par la mort de sa petite sœur et pleines de symboles et de mythes autour de la nature : l’occupation favorite de Natalia est d’ailleurs la tenue d’un herbier.
   
   J’ai bien aimé ce roman dont l’atmosphère est vraiment insolite, et dont la narratrice m’a paru si étrange que je me sentais toujours entre la sympathie et l’incertitude vis à vis d’elle (on a en général tendance à trouver les narrateurs sympathiques et à s’identifier à eux.)
   
   Par ailleurs, le style d’écriture est très littéraire, par moments poétique, et les aspects psychologiques sont évoqués avec beaucoup de justesse et une grande habileté qui ménage parfaitement le suspense final : j’ai vraiment été frappée par les dernières pages et dans ce sens je pense que l’auteure est arrivée à ses fins.

critique par Etcetera




* * *