Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La disparition de Majorana de Leonardo Sciascia

Leonardo Sciascia
  Le Conseil d’Egypte
  A chacun son dû
  Une histoire simple
  La disparition de Majorana
  Œil de chèvre

Leonardo Sciascia est un écrivain, essayiste, journaliste et homme politique italien né en 1921 et décédé en 1989.

La disparition de Majorana - Leonardo Sciascia

Histoire vraie
Note :

   Aujourd'hui, je vous propose une petite énigme scientifique.
   Le monde de la physique quantique, celui de la théorie des neutrinos, sont des mondes qui fascinent à défaut de les comprendre vraiment.
   Soyez tranquille le livre que je vous propose n’est pas destiné aux as de la physique sinon je ne serais pas allée au bout. Il y est question de physique quantique de principe d’incertitude et d’un homme, une sorte de savant fou.
   
   Que penseriez-vous d’un homme d’exception qui du jour au lendemain disparaît sans laisser la moindre trace? d’un génie de la physique qui refuse de publier ses travaux? d’un homme envié de toute la communauté scientifique mais qui ne souhaite que rester discret pour ne pas dire secret?
   
   Nous sommes en Italie dans les années vingt et trente, années où la physique a chaussé des bottes de sept lieues.
   Ettore Majorana après des études d’ingénieur intègre l’équipe du physicien Enrico Fermi.
   Majorana surprend tout le monde par son génie fulgurant, il se joue des difficultés mais refuse obstinément de publier ses travaux, "distant, renfermé dans ses pensées" il se lie très difficilement mais apprécie la "direction savante et stimulante" de Fermi. Sa famille est mise à mal par un procès long et injuste durant ces années là.
   Il travaille sur ce qui deviendra une nouvelle théorie de la physique : la mécanique quantique. Il passe une année à Leipzig en 1933 pour travailler auprès d’Heisenberg le père du Principe d’incertitude, il semble que ce temps fut une période heureuse et fructueuse. Il apprécie Werner Heisenberg qu’il décrit comme "une personne extraordinairement courtoise et sympathique "
   En 1937 il occupe un poste d’enseignant à Naples, se réfugie souvent dans la lecture, aime parler d’autres choses que de ses recherches.
   Brutalement en mars 1938 il disparaît. Il monte sur un bateau et se volatilise, il disparaît sans laisser la moindre trace.
   Enlèvement, fuite à l’étranger, meurtre, retrait dans un monastère : toutes les raisons possibles de cette disparition ont été étudiées mais bien peu sont crédibles.
   C’est à cette énigme que le livre tente de répondre, cet homme, le "Rimbaud de la physique", cet homme dont Enrico Fermi dit "Majorana est celui qui m’a le plus frappé par la profondeur de son intelligence", cet homme a-t-il choisi délibérément de disparaître?
   
   On a tout dit de Majorana, qu’il était en avance de plusieurs dizaines d’années sur les découvertes du moment mais qu’ il était aussi un homme qui avançait sur le fil du rasoir.
   Le monde des quantas, le principe d’incertitude qui veut que l’on puisse connaître la position d’une particule ou sa trajectoire mais jamais les deux à la fois! et ce fichu chat de schrödinger qui est et qui n’est pas!!
   Il faut avouer que c’est un monde qui a pu mettre à mal l’équilibre d’un homme.
   "La science comme la poésie, se trouve, on le sait, à un pas de la folie." dit Sciascia.
   Il le décrit comme en proie à un "sentiment de désarroi, d’impatience, de fureur" et Sciascia émet une hypothèse : Majorana a-t-il anticipé sur les dangers potentiels des découvertes en cours et vu "l’épouvante dans une poignée d’atomes"?
   
   J’ai entendu pour la première fois le nom de Majorana dans une émission de radio avec Etienne Klein comme invité, avec son talent de conteur il évoquait la personnalité de ce génial physicien.
   
   L’ enquête menée est passionnante et brillante, Sciascia voit sa disparition comme "une architecture minutieusement calculée et risquée" et défend une thèse tout à fait convaincante.
   Ce livre fut publié pour la première fois en 1975 et il est réédité aujourd’hui chez Allia.

critique par Dominique




* * *