Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'habit ne fait pas le moine de Philip Roth

Philip Roth
  La bête qui meurt
  Opération Shylock
  Goodbye, Colombus
  L'écrivain des ombres
  J'ai épousé un communiste
  Le complot contre l’Amérique
  Pastorale américaine
  Le sein
  La tache
  Tricard Dixon et ses copains
  Portnoy et son complexe
  Un homme
  Exit le fantôme
  Indignation
  Le rabaissement
  Le Théâtre de Sabbath
  Némésis
  L'habit ne fait pas le moine
  Les Faits, Autobiographie d'un romancier

Auteur des mois d'août et de septembre 2006

Philip Roth est né en 1933 à Newark, dans le New Jersey. Il a été enseignant en littérature à l'université de Pennsylvanie, mais dès son premier livre, "Goodbye, Colombus" un recueil de nouvelles de 1959, il connaît le succès en tant qu'écrivain.

Beaucoup de ses livres ont déjà été récompensés:
En 1960, le National Book Award pour "Goodbye Colombus" et en 1995, pour "Le théâtre de Sabbath"
En 1987, le National Book critics circle Award pour "La contrevie" et en 1992 pour "Patrimoine"
Puis le Pen Faulkner Award pour "Opération Shylock" et pour "La tache"
Tandis que "Pastorale américaine" recevait le Prix Pulitzer aux USA et le Prix du Meilleur livre étranger, en France


Philip Roth n'est pourtant pas un auteur exempt de controverses, comme vous le montreront les nombreuses fiches présentes sur ce site.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

L'habit ne fait pas le moine - Philip Roth

Deux nouvelles
Note :

   Ce numéro de la collection "Folio 2€" regroupe deux nouvelles tirées du recueil "Goodbye, Columbus"*. Le but annoncé de la collection est de permettre un premier contact, sans gros investissement, avec un auteur – ce qui est vrai – mon usage personnel étant plutôt de m'assurer de la lecture quand je ne peux pas me munir d'un "vrai" livre, quand, ne pouvant prendre de sac, je suis limitée à ce qui tient dans mes poches. C'est pratique aussi. Le principal étant que la 4ème de couverture indique bien qu'il ne s'agit pas d'un nouveau texte que vous ne connaîtriez pas encore. Ce qu'elle fait ici.
   
   La première nouvelle s'intitule "Défenseur de la foi" et il n'est pas besoin de connaître beaucoup Philip Roth pour soupçonner que ce titre doit être pris avec précaution.. Elle occupe 70 pages, soit la majorité du recueil. C'est une histoire qui se situe pendant la guerre dans un camp militaire aux Etats-Unis et qui détaille de façon fascinante le modus operandi d'un grand manipulateur. Se jouant comme une partie d'échecs, cette nouvelle permet d'apprécier la finesse de l'analyse psychologique chez Roth et cette façon qu'il a de montrer sans commenter. Du grand art. Le lecteur a de quoi réfléchir.
   
   La seconde nouvelle est "L'habit ne fait pas le moine" et bien que plus courte – 25 pages – c'est elle qui donne son titre à l'opuscule. Peut-être que l'éditeur a craint que le titre de la précédente ne fasse fuir les lecteurs mal avertis... Je pourrais le comprendre. Elle nous montre comment les étiquettes sont collées sur les gens dès leur jeunes années... mais je l'ai trouvée moins réussie que la première car moins fine et moins homogène aussi. Trois ou quatre épisodes distincts nous sont racontés de la vie de ces lycéens et leur utilité pour l'histoire principale peut être discutée (le match de base-ball, le chahut...). Il n'y aurait pas eu de problème dans un roman, mais à mon avis, une nouvelle a besoin d'une unité plus compacte et toute digression doit être indispensable. Mais bon... péché véniel.
   
   Un petit extrait?
   
   "La première semaine, mes camarades et moi reçûmes un jeu de tests destiné à dévoiler nos dons, nos faiblesses, nos tendances et notre personnalité. A la fin de la semaine, M. Russo, notre professeur, additionna les dons, retrancha les faiblesses et nous révéla quel était le métier qui convenait le mieux à nos talents respectifs ; c'était mystérieux mais scientifique."

   Avouez qu'on a envie de savoir la suite...
   
   
   * qui remporta le National Book Award en 1960

critique par Sibylline




* * *