Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Vues de dos de Michel Tournier

Michel Tournier
  Le Roi des Aulnes
  Gaspard, Melchior & Balthazar
  Vendredi ou les Limbes du Pacifique
  Ados: Vendredi ou la vie sauvage
  Les Météores
  Le vent Paraclet
  Le Coq de bruyère
  Dès 06 ans: La fugue du Petit Poucet
  Dès 08 ans: Pierrot ou les secrets de la nuit
  Dès 09 ans: Barbedor
  Vues de dos
  Gilles et Jeanne
  La goutte d’or
  Le Tabor et le Sinaï
  Le médianoche amoureux
  Le Crépuscule des masques
  Eléazar ou La Source et le Buisson
  Sept contes
  Journal extime
  Le bonheur en Allemagne
  Voyages et Paysages
  Je m'avance masqué
  L'aire du muguet
  Célébration de l’offrande

AUTEUR DES MOIS DE FÉVRIER & MARS 2013

Michel Tournier est né en 1924 de parents germanistes. Enfant, puis étudiant, il passa ses vacances en Allemagne. Cette culture dans laquelle il fut tout de suite plongé, ne l'a jamais quitté.

Après des études médiocres, il découvre la philosophie pour laquelle il se passionnera au lycée et qui, elle aussi, l'accompagnera toute sa vie. Il échoue cependant à l'agrégation. Il vit alors de traductions, puis d'un emploi à Europe n°1. Il présente également une émission mensuelle de télévision, consacrée à la photographie, autre grande passion de sa vie.

Ce n'est qu'en 1967 qu'il publie son premier roman "Vendredi ou les limbes du Pacifique" et connait immédiatement le succès et les distinctions littéraires. Cinq ans après, il est élu à l’Académie Goncourt où il sera très actif, jusqu'à ce qu'il s'en retire en 2010, pour raison de santé.

Depuis le début de sa carrière littéraire, il vit dans un presbytère qu'il a acheté à Choisel (Yvelines) et s'y adonne au jardinage, encore une autre de ses passions, comme à l'écriture.

Vues de dos - Michel Tournier

44 photos
Note :

   Photographies : Edouard Boubat
   
   44 photos sur le principe ; photo page de droite – photo d’Edouard Boubat, et commentaire, ou texte, ou prose puisqu’en fait il s’agit bien plus qu’un simple commentaire de la photo, page de gauche, de la plume donc de Michel Tournier.
   
   Des photos en noir et blanc, dont le fil rouge est qu’elles prennent leur sujet ; personnages, groupes, pour l’essentiel, de dos. De belles photos, en noir et blanc, d’Edouard Boubat.
   Et de petits et percutants textes de Michel Tournier, toujours dans la veine conte ou texte à morale. Michel Tournier, ce n’est pas de l’écriture pour l’écriture, pour faire beau. Perce toujours sous la plume de l’écrivain sa formation de philosophe.
   
   "L’homme et la femme composent leur visage, disposent leurs mains, jouent du geste et du pas.
   Tout est dans la façade.
   Mais l’envers? Mais l’arrière?
   Mais le dos?
   Le dos ne sait mentir."
   

   Tous deux brassent de l’humanité à pleins bras. Et même quand il n’y a pas de personnage, comme dans "Paris vu de dos", le texte de Michel Tournier met l’homme et son action sur le paysage – le cas échéant – au cœur de la problématique.
   
   Une de mes préférées, la toute dernière "L’innocente aux mains pleines", une petite fille, très jeune, avec une espèce de traîne, de parure, réalisée avec des feuilles de platane, qu’on devine – de dos bien entendu – dans une position d’attente gauche comme seuls savent en prendre les enfants. Commentaire de Michel Tournier :
   
   "… C’est d’abord la touchante maladresse de ce pauvre déguisement, inspiré par un rêve puéril, cette traîne de feuilles de platane, cette robe de feuilles de marronnier, et aussi cette pose en arrêt, cette attente, de quoi? d’un miracle peut-être que devrait susciter la métamorphose. Mais c’est aussi l’étonnante réussite du déguisement, parce que, malgré sa gaucherie et sa misère, il parvient, c’est indiscutable, à faire, de cette femme-miniature, une créature sortant d’une souche creuse, un gnome forestier tombant des hautes frondaisons des arbres. On y croit."

critique par Tistou




* * *