Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Underground de Haruki Murakami

Haruki Murakami
  Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil
  Les amants du spoutnik
  La course au mouton sauvage
  La fin des temps
  Chroniques de l'oiseau à ressort
  Kafka sur le rivage
  Le passage de la nuit
  La ballade de l'impossible
  Danse, danse, danse.
  L'éléphant s'évapore
  Autoportrait de l’auteur en coureur de fond
  Saules aveugles, femme endormie
  Après le tremblement de terre
  Sommeil
  1Q84 - Livre 1 - Avril -Juin
  1Q84 - Livre 2 - Juillet-septembre
  1Q84 - Livre 3 – Octobre-Décembre
  Underground
  L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage
  L’étrange bibliothèque
  Des hommes sans femmes

AUTEUR DU MOIS D'OCTOBRE 2005

Haruki Murakami est né au Japon en 1949. Il y a grandi et y a mené ses études jusqu'en 1974. A cet âge il se lance dans la vie active et gagne sa vie en faisant des traductions d'auteurs américains et en tenant un bar de jazz à Tokyo. Parallèlement, il écrit. C'est tout de suite le succès. Le talent de Murakami est reconnu et il obtient de nombreuses distinctions et prix littéraires.


Haruki Murakami se rendra ensuite aux Etats Unis où ils séjournera plusieurs années.
Revenu actuellement au Japon, il poursuit l'écriture de ses romans.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Underground - Haruki Murakami

Edifiant
Note :

   Une attaque au gaz sarin est perpétrée dans le métro de Tokyo le 20 mars 1995, par les membres de la secte Aum. Cinq attaques ont lieu simultanément, sur cinq lignes différentes, en pleine heure de pointe, tuant 12 personnes, faisant 50 blessés et entraînant des problèmes de vision temporaires pour plus d'un millier d'autres voyageurs. Plus d'une dizaine de membres de la secte seront jugés et condamnés à mort suite à cet attentat.
   
   Haruki Murakami s'empare de ce drame, recueillant les témoignages de nombreuses victimes neuf mois après la tragédie, mais ce roman ne paraît qu'en 2013 en France. Il a fait un travail de fourmi, recueillant dans le premier volet du livre 34 témoignages, ce qui ne fut pas une mince affaire, surtout quand il s'est agi de retrouver les protagonistes et aussi d'obtenir qu'ils veuillent bien revenir sur ce moment particulièrement pénible de leur vie. Cette première partie est passionnante et permet de montrer comment cette attaque a pris par surprise de nombreux voyageurs, mais aussi comment cela a pu bouleverser la vie de certaines familles, notamment quand il interview une femme, pas directement touchée, mais dont le mari était dans le métro au moment de la diffusion du gaz, et qui a trouvé la mort alors qu'elle était enceinte de leur premier enfant.
   
   Je n'aurais jamais lu ce livre s'il n'était pas écrit par Murakami, mon auteur fétiche. Ces entretiens permettent de revivre ce drame, comme si on y était et d'en mesurer la cruauté ainsi que le traumatisme des victimes. Le souterrain est par ailleurs un thème cher à Murakami, abordée dans nombre de ses fictions, comme il le dit lui même dans ce livre. La seconde partie, qui m'a moins intéressée, est le témoignage d'adeptes de la secte Aum. Il essaie de comprendre les motivations qui ont pu pousser ces individus à rejoindre la secte, et à la quitter pour certains. Murakami rebondit parfois sur certains propos "Des détails dans les témoignages- comme qui a dit quoi à qui et quand- ont changé, mais les faits demeurent : cinq dirigeants d'Aum ont diffusé du sarin dans le métro afin de tuer des passagers au hasard. Ce que je cherche à connaître, c'est votre opinion personnelle sur l'attaque en elle même. Je ne vous critique pas en tant qu'individu ; j'aimerais seulement savoir ce que vous pensez". En se faisant le relais de tous ces témoignages, sans prendre lui même la parole pour donner son avis, il dit en fait beaucoup et tente d'appréhender l'incompréhensible.
   
   C'est un livre très réussi et prenant, qui se lit presque comme un roman. Il m'a permis de prendre conscience du drame vécu par les Japonais lors de cet attentat.

critique par Éléonore W.




* * *