Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La table du Roi de Bernard Clavel

Bernard Clavel
  L'homme du labrador
  La table du Roi
  Le soleil des morts
  La retraite aux flambeaux
  Les grands malheurs
  Le silence des armes
  Brutus

Bernard Clavel est un écrivain français né en 1923 à Lons-le-Saunier et décédé en 2010.

La table du Roi - Bernard Clavel

Huis clos
Note :

   Présentation de l'éditeur
   
   "Il est une île, au milieu du Rhône, appelée La Table du Roi parce que Saint Louis, autrefois, y dîna. Une nuit de mars 1815, une barque de marinier y est amarrée. A bord, il n’y a plus que Patron Mathias, sa fille Lucie et le prouvier Rochard, grand cœur et physique d’athlète. La pluie tombe drue et le fleuve est en crue. Tous les autres mariniers sont descendus, en dépit du vent et des eaux qui montent, pour aller embrasser leur famille à terre. Soudain, Rochard aperçoit un homme qui se noie, il le repêche, et une fois revenu à lui, le garçon affirme ses idées royalistes.
   Depuis le 1e mars, Napoléon marche vers Paris, et de part et d’autre du fleuve, républicains partisans de l’Empereur et royalistes s’affrontent. Mais Patron Mathias refuse qu’on fasse de la politique à son bord. C’est un non violent qui croit simplement en l’homme. Quand deux soldats de l’armée républicaine arrivent pour fouiller le bateau, il n’hésite pas à cacher le jeune homme et à désarmer et ligoter le capitaine, devenu trop agressif. Et les deux tenants de l’ordre, le royaliste et, le républicain, se retrouvent prisonniers d’un homme qui ne cherche qu’à faire régner la paix."

   
   
   Sous le prétexte de raconter une histoire de bateliers sur le Rhône, début XIX ème, aux prises avec une tempête, alors que Napoléon fait un come-back remarqué de l'île d'Elbe, B. Clavel se livre à un réquisitoire en règle contre la guerre (qui ne sera pas d'accord), la violence (idem). OK mais un plaidoyer pacifiste ne fait pas forcément un bon roman. Manque quelque chose; un vrai souffle (?), un parti-pris moins marqué (?) pour scotcher le lecteur. La «patte» de Clavel est toujours là, notamment dans tout ce qui touche à la nature, au Rhône en pleine furie, à ces bateliers livrés un peu à leur seul courage et leur seul instinct. Mais dans la partie qui touche à l'humain, la politique du temps de l'Empire en l'occurrence, c'est plus faible et trop ? pacifiste. Point trop n'en faut.
   
   Pas le meilleur B. Clavel.

critique par Tistou




* * *