Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

On ne joue pas avec la mort de Emily St. John Mandel

Emily St. John Mandel
  On ne joue pas avec la mort
  Station Eleven
  Dernière nuit à Montréal

Emily St. John Mandel est un écrivain canadien anglophone née en 1979.

On ne joue pas avec la mort - Emily St. John Mandel

Avec la vie non plus !
Note :

   Rentrée littéraire 2013
   
   
   Jeune auteure canadienne anglophone que je découvre avec ce roman qui est son second traduit après "Dernière nuit à Montréal".
   
   Après deux tentatives infructueuses, Anton et Sophie, violoncelliste virtuose, se marient enfin et partent en voyage de noces. Celle-ci regagne seule les États-Unis laissant son mari sur l'île d'Ischia. Et celui-ci attend une visite qui est sans arrêt repoussée. Cette situation le mine et le tue, dit-il à une connaissance de passage.
   
   Il est nécessaire de se replonger dans le passé d'Anton pour découvrir la raison de sa présence solitaire sur cette île. Dans son travail Anton est mis au placard. D'un bureau dans les étages supérieurs il dégringole dans l'entresol! Ses collaborateurs sont remplacés par d'illustres inconnus, seule Elena, sa secrétaire et maîtresse, lui rend visite. Anton n'est pas spécialement un modèle d’honnêteté, il ment sur beaucoup de points de son passé. Avec sa cousine Aria ils se sont lancés dans le domaine des faux papiers pour travailleurs clandestins et les affaires sont prospères .Mais pour Anton une dernière rencontre professionnelle avec une jeune femme en quête d'une certaine légitimité est de trop, il abandonne et trouve un travail honnête. Ses compétences et son diplôme lui ont garanti une promotion rapide, mais fragile. Aria ayant un moyen de pression sur lui, il est obligé d'accepter le marché. Rester sur l'île!
   
   Beaucoup de personnages, parfois ombres furtives, des clandestins croisés dans des bars, une jeune femme armée à Naples, Gary l'ami d'enfance, les parents d'Anton, un peintre voyageur, une représentante de la loi, des filles de l'Europe de l'Est.
   
   Anton est un personnage ambigu, tricheur patenté qui, de ce fait, est victime d'une tentative de chantage et est obligé de reprendre une activité clandestine.
   
   Sophie, qui accepte enfin, après deux mariages annulés, de devenir son épouse paraît bien secondaire dans la vie de son époux!
   
   Aria sa cousine, femme d'affaires louche et peu scrupuleuse, a un moyen de chantage sur son cousin dont elle se sert pour cette soi-disant dernière mission. Leur relation est étrange, amis ou ennemis? Chacun défend sa conception de la vie et monnaie sa participation à cette affaire pour le moins mystérieuse et très certainement illégale!
   
   Un livre à la chronologie un peu erratique qui ne simplifie pas la lecture, et qui, une fois refermé, me laisse un sentiment mitigé malgré une fin réussie.
   
   
   Extraits :
   
   - Il se rendit compte par la suite que c'est à cet instant précis que le cordon qui les reliait avait fini par craquer.
   
   - C'était corrompu. C'était beau. Mes parents étaient les meilleurs parents dont on puisse rêver, et ils faisaient aussi le commerce d'objets volés. J'étais amoureux de ma cousine. J'ai été élevé par des voleurs.
   
   - Elle exsudait le courage et la méchanceté à parts égales.
   
   - Le business fut un succès dès le premier mois et, pendant des années, Anton aima beaucoup son boulot.
   
   - La traversée de Central Park fut la partie la plus rude ; au bout de quelques pas, les bruits de la circulation s'estompèrent, le paysage se referma autour d'elle comme une implosion.
   
   - ... jusqu'au jour où tout s'effondra d'un seul coup et où il se retrouva dans la Réserve de Dossiers Archivés 4, allongé par terre, nu, à côté de son ancienne secrétaire dans la chaleur estivale.
   
   - Chaque fois qu'il pensait à elle, il était transpercé d'une étrange envie. Elle avait six mois de plus que lui mais des kilomètres d'avance.
   
   - C'est pour cela que j'évite d'avoir trop d'amis, dit David. Cette espèce n'est pas fiable.
   
   - Tu as saccagé ta vie toute seule. Tu n'as eu aucun besoin de mon aide.
   

   Titre original :The Singer's Gun (2010)
    ↓

critique par Eireann Yvon




* * *



Faux polar, vraie histoire ?
Note :

   Pourquoi faire simple... ? Ce pourrait être la devise de ce compliqué roman qui n’a de polar que son appartenance à une édition du genre !
   
   On se demande bien pourquoi Anton, après être parvenu à épouser Sophie après 2 annulations successives, reste sur l’île d’Ischia où ils sont venus passer leur lune de miel. Sophie repart aux Etats-Unis. Pas Anton, qui reste.
   
   On se demande bien pourquoi juste avant l’épisode mariage, il s’est passé un gros changement pour Anton dans son travail, littéralement placardisé.
   
   On se demande bien à quoi il avait la tête à se laisser consoler, dans son placard, avant son mariage, par Elena, sa secrétaire devenue maîtresse.
   
   On se demande bien à quoi il joue avec Aria, sa cousine. Une cousine bien dangereuse. Qui traficote dans tout ce qui peut se traficoter, et par exemple les faux passeports. Qui a des relations potentiellement dangereuses avec la pègre. Qui a de qui tenir, entre autres, puisque les parents d’Anton qui l’ont élevée, avec Anton comme quasi frère, trafiquaient eux-mêmes dans la revente de mobilier volé…
   
   On se demande bien tout cela mais comme c’est raconté à l’envers du temps, à vrai dire on s’en fiche un peu. Disons que ça ne prend pas aux tripes. Ce ne vous accroche pas irrémédiablement au point de rallumer la nuit… On est un peu curieux. Mais un peu seulement. Malheureusement.
   
   Un curieux roman au final, difficilement classable, difficilement classable comme polar notamment !

critique par Tistou




* * *