Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un roman argentin de Gilles Perez

Gilles Perez
  Un roman argentin

Un roman argentin - Gilles Perez

Captivant et jubilatoire
Note :

   Rentrée littéraire 2013
   
   
   "Un roman argentin" s'est révélé, comme espéré, inclassable.
   Inclassable et à découvrir, oui, mais comme souvent dans ce cas, difficile à expliquer ce qui fait le charme dudit livre...
   
   A quarante ans, le narrateur (auteur?) se décide à partir en vacances à Buenos Aires, laissant à paris une vie calme de lecteur de manuscrits et rewriter et son chat Crébillon, refusant la tentation de devenir écrivain médiocre, craint-il, passant les dimanches soirs chez ses parents (blanquette ou gigot), ne laissant pas les femmes s'attarder dans sa vie. En vol l'avion est pris dans un cyclone, tous les passagers craignent le pire.
   
   Ses pensées volent, il imagine ses parents en deuil, pense à des lectures passées, croit qu'un passager a disparu : Meurtre ordinaire dans un avion, est-ce possible? Pas moyen de se lever pour vérifier. Revenant périodiquement dans l'avion, il imagine, il voyage en Argentine, rencontre un vieil indien. A Buenos Aires il fait connaissance du libraire qu'il est venu rencontrer, nommé Ignacio Sereno Parodi (comme chez Borges et Casares), qui lui raconte son histoire, l'on en apprend sur la vie des fantômes, des idées de romans surgissent...
   
   Finalement, si on regarde froidement les choses, le narrateur passe quelques heures dans un avion en perdition, voilà tout. Mais le tour de force est d'entraîner le lecteur de façon fluide et naturelle dans ses élucubrations, dans des voyages et des histoires auxquels l'on croit, le ramener dans l'avion, le laisser repartir. L'on croise des auteurs, des poètes, l'on suit discussions, argumentations, hypothèses.
   
   Un roman absolument captivant, jubilatoire, parfaitement maîtrisé. N'hésitez pas à grimper dans le vol A456 d'Aerolinas Argentinas et attachez vos ceintures, risques de turbulences...
   
   En exergue une citation de Rodrigo Fresan tirée de «La vitesse des choses» (+1 pour la LAL*)
   "Les partisans du roman diront qu'une vie n'est rien d'autre qu'une longue narration dont le titre est le nom de son protagoniste. Des romans qui croisent d'autres romans, et dont les personnages, pour nous secondaires, sont les héros de sagas que nous ne lirons jamais. C'est possible... Mais"
<...(je coupe ici)
   
   J’apprécie cet éditeur qui propose de beaux et bons bouquins. J'adore leur format...
   
   
   * LAL = Liste A Lire

critique par Keisha




* * *