Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Berazachussetts de Leandro Avalos Blacha

Leandro Avalos Blacha
  Berazachussetts
  Côté cour

Leandro Ávalos Blacha est un écrivain argentin qui est né à Quilmes en 1980. Il a étudié la littérature à Buenos Aires.

Berazachussetts - Leandro Avalos Blacha

Berezina argentina !
Note :

   Je poursuis ma découverte de la littérature argentine contemporaine, grâce encore une fois à un livre des éditions Asphalte. Encore bien évidemment à un auteur qui m'est absolument inconnu! La quatrième de couverture semble indiquer que nous sommes loin d'une littérature très classique, et pour moi c'est tant mieux.
   
   Quatre amies Dora, Milka, Beatriz et Susana découvrent une femme à moitié nue sur le bord de la route. Celle-ci, une zombie obèse aux nichons gros comme des ballons de baskets, se nomme Trash, laquelle a connu son heure de gloire quelque temps auparavant en interprétant des reprises d'abats (non Abba, pas abats, quoique ) en version gothique! Bref elles amènent cette vision cauchemardesque chez l'une d'elles! Et à partir de ce moment, l'apocalypse entre dans leurs vies!
   
   Susana part faire des courses, mais revient avec un cadavre sur les bras... pour le plus grand bonheur de Trash, qui prend un en-cas et prépare quelques morceaux pour le congélateur... Direction le restaurant où notre zombie préférée a une altercation avec Saavedra, notable du coin, Dora "en mâle" de câlins lui prodigue des soins personnalisés... sur les bords de mer, Trash empêche un viol, mais ne peut empêcher la mort de Susana... des voyous, fils de bonne famille rôdent filmant certains méfaits qu'ils encouragent.
   
   Au matin le monde est le même pour certains mais a changé pour d'autres. L’amitié entre les trois femmes n'aura pas survécu aux obsèques de Susana, comme si la présence de Trash avait bouleversé les relations entre elles!
   
   En route pour des aventures pour le moins improbables, Trash part avec Beatriz en stop, Dora aménage la villa de son protecteur richissime et influent, pendant que Milka dévaste son appartement mais lui lègue une statue qui vaut son pesant d'or...
   
   Un road movie infernal et déjanté commence alors... avec une galerie de portraits assez hallucinants et hallucinés!
   
   Trash, la goulue de service est sûrement le personnage la plus sympathique de ce livre, d'ailleurs Beatriz ne s'y trompe pas quand elle dit que le geste le plus courtois qu'elle ait vu depuis longtemps est Trash donnant à boire à un chat errant. La condition de zombie n'est pas forcément agréable et il faut bien faire attention qui on mange... une maladie est si vite attrapée!
   Susana par exemple, et c'est dommage est née sous une mauvaise étoile : elle arrive enfin à se débarrasser du fantôme de son défunt mari dans des circonstances rocambolesques.
   Autre personnage pour qui on aimerait avoir un peu de sympathie est Periquita, chef de gang en fauteuil roulant... mais elle de son côté est plutôt du genre, c'est moi le chef! Elle a sa statue sur la place car il semble que beaucoup de gens la craigne! Et en plus elle est jalouse comme un tigre!
   Dora, elle, n'a pas de scrupules, un homme riche suffit à son bonheur physique autant que matériel, un politicien local Saavedra, très couleur locale d'ailleurs, richissime et corrompu, avec un passé pas très net fera très bien l'affaire.
   
   Donc tout va bien pour eux dans le meilleur des mondes, mais dans l'ombre, une revenante Samy et son amant vont-ils troubler la vie de nos tourtereaux?... Les fils de familles bourgeoises se conduisant comme des enfants trop gâtés, leurs distractions sont humiliantes pour leurs victimes, surs de l’immunité que la situation de leurs géniteurs leur confère! Une mémé à chats qui les déteste et ils le lui rendent bien, ces charmantes bestioles!
   On devine vite que l'auteur nous fait une critique sévère de la société argentine! Le vampirisme de Trash n'est que le reflet d'une caste s'enrichissant de plus en plus au détriment du reste de la population. Caste corrompue sans foi ni loi ne connaissant que le profit et le pouvoir de l'argent roi.
   Plein d'humour et de dérision malgré tout dans ce livre. Je ne résiste pas à vous donner quelques noms de lieux savants, mélange de plusieurs pays et langues : Quitiliechtenstein, Pehuahollywood, Tchernobyllinghurst et bien sûr Berazachussetts. Un livre décalé et désenchanté qui dépeint une Argentine loin des clichés habituels!
   Et j'ai appris avec stupéfaction que même au ciel il y a des boutiques de luxe...pauvres riches!
   
   
   Extraits :
   
   -...elle ne pouvait plus manger un petit doigt sans prendre dix kilos. Pendant un temps, elle avait fait comme si de rien n'était parce qu'elle était punk et zombie, et qu'avoir la silhouette imposée par la société était le cadet de ses soucis.
   
   - De fait, elles avaient attendu le veuvage avec impatience, comme le moment où naîtrait le bonheur authentique.
   
   - Au moins, il palperait les seins d'une femme, au lieu de s'ennuyer au coin de la rue. Susana, bien que vieille, n'était pas laide.
   
   - Trash se demandait si elle résisterait à la tentation de lui arracher la langue d'un coup de dents lorsqu'elle l'aurait dans la bouche.
   
   - "Ah, non, monsieur! cria-t-il à son adversaire. Cette femme-là, c'est moi qui la viole."
   
   - Elle approcha ses lèvres de l'oreille de son amant, assez pour la tacher de rouge, et murmura : "je suis allergique aux fleurs... achète-moi plutôt des diamants...".
   
   - C'était étrange... elle n'était pas retournée dans un cimetière depuis la nuit où elle était devenue zombie.
   
   - C'était un bon truc : le passé contre de l'argent.
   
   

   Titre original : Berazachussetts (2007).

critique par Eireann Yvon




* * *