Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Quelque chose à te dire de Hanif Kureishi

Hanif Kureishi
  Quelque chose à te dire
  Le dernier mot
  Le bouddha de banlieue

Hanif Kureishi est un écrivain britannique né en 1954, en Grande-Bretagne, d'une mère anglaise et d'un père pakistanais. Les thèmes de l'immigration et de l'identité ethnique sont au centre de son œuvre.




* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Quelque chose à te dire - Hanif Kureishi

Tableau de société
Note :

    Rentrée littéraire 2008
   
   
   Jamal Khan nous raconte son histoire, évoquant son présent de quinquagénaire londonien moderne, analyste ("médecin de la tête"), divorcé, mi-britannique mi-pakistanais, d’esprit très ouvert et ne craignant pas de fréquenter tant la société riche snob que celle des tripots les plus sordides, tout comme il se sent autant à son aise dans les pensées humaines les plus fines et nuancées que dans les appétits les plus obscènes. Il est cultivé, il écrit des livres qui sont une sorte de vulgarisation de la psychanalyse et qui plaisent. Bref, sans doute évidemment un reflet modifié et fictionnel de l’auteur.
   
   Jamal a lui-même suivi des analyses, la première surtout ayant profondément orienté son existence pour faire de lui ce qu’il est devenu. Mais dans le passé de Jamal, dans son adolescence, il y a un trou noir, un crime (se remet-on jamais d’un crime?) qui depuis tente d’aspirer son présent. Il y a également un grand amour de jeunesse perdu (se remet-on jamais d’un amour perdu?). Peut-on "réparer" son passé? Jusqu’à quel point?
   
   Le décor est le Londres de Blair qui a engagé son pays dans la guerre aux côtés de Bush, les bombes meurtrières dans la capitale, la drogue et l’alcool faciles, le showbiz et l’islam, les appétits de vivre et le désir de mort, les vies si compliquées, violentes, absurdes et tendres pourtant.
   
   Un vraiment excellent roman d’ Hanif Kureishi dont la production ne semble que toujours s’améliorer alors qu’il est loin d’être parti de tout en bas. Nous y trouvons un récit très prenant avec une progression fort bien menée qui nous permet d’avoir une vision large et variée du monde que l’auteur veut évoquer. Les nombreux personnages secondaires sont passionnants et pas si secondaires que cela. Des êtres à part entière sur lesquels le lecteur est amené à réfléchir, à ressentir. Un héros très intéressant, profond et léger, compréhensif et bienveillant, souple et sans doute un peu lâche, qui a une façon remarquable de se laisser porter par les évènements plutôt que d’essayer de les mener à sa guise. Un être qui se cherche autant qu’il aide les autres à se trouver mais qui, d’une manière remarquable, ne perd jamais vraiment son équilibre. C’est le roseau cher à La Fontaine. Une façon de prendre la vie digne d’intérêt.
   
   Le tout raconté sur un rythme très vif et naturel qui fait passer comme des dialogues de tout venant de vraies finesses de la pensée sur lesquelles le lecteur, lui, s’attarde. En clair: un livre intelligent, un auteur à fréquenter, un plaisir à s’offrir.
    ↓

critique par Sibylline




* * *



Un premier amour obsédant
Note :

   «Ajita, si tu es toujours en vie, où es tu maintenant? T'arrive-t-il encore de penser à moi?»
   
   Jamal est psychanalyste. Il passe donc son temps à écouter les malheurs des autres. Comme tout analyste, sa hantise sont les tentatives de suicide.
   
   Depuis deux ans, il est devenu très proche de sa soeur, Myriam, jeune femme marginale et exubérante, qui a cinq enfants de trois hommes différents. Son meilleur ami, Henri, contre toute attente, tombe fou amoureux de Myriam. Lui-même pense beaucoup à son premier amour, qu'il n'a jamais réellement oublié même s'il s'est marié depuis à Joséphine, dont il est séparé depuis 18 mois. Il ne cesse de penser aussi à un meurtre qu'il a peut-être commis mais pour lequel il n'a été ni identifié ni poursuivi.
   
   Tout est chamboulé lorsque deux amis de sa jeunesse, témoins de ce moment inavouable de son passé, refont surface...
   
   Un livre que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire, et qui s'attache à décrire la complexité des êtres et des sentiments mais aussi la société pakistanaise au coeur de la capitale anglaise. Les personnages sont attachants et le suspens maintient le lecteur tout au long de ce livre savamment construit.

critique par Clochette




* * *