Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

F comme: Le retour à la terre, tome 1: La vraie vie de Jean-Yves Ferri

Jean-Yves Ferri
  F comme: Le retour à la terre, tome 1: La vraie vie
  F comme: Le retour à la terre, tome 2: Les projets
  F comme: Le retour à la terre, tome 3: Le vaste monde
  F comme: Le retour à la terre, tome 4: Le déluge
  F comme: Le retour à la terre, tome 5: Les révolutions
  F comme: Asterix chez les Pictes
  F comme: Le Papyrus de César
  F comme: Asterix et la Transitalique

F comme: Le retour à la terre, tome 1: La vraie vie - Jean-Yves Ferri

Ce n’est pas le Montana. Mais ça y ressemble!
Note :

   Texte: Jean-Yves ferri
   Dessin: Manu Larcenet
   
   
   Facile de planter le décor du "retour à la terre" en deux coups de cuillère à pot: c’est l’autobiographie de Manu Larcenet scénarisée par son copain Jean-Yves Ferri, ou comme le dit Manu: "C’est moi vu par Ferri mais dessiné par moi! Sauf que, quand Manu dessine, je change de style pour pas qu’on voie qu’il dessine comme moi". Bon, faut suivre, mais si ça paraît compliqué comme ça, c’est très simple quand on prend l’histoire depuis le début. Et c’est vrai que là, j’anticipe un peu*…
   
   Donc, "le retour à la terre" nous raconte l?histoire d’un dessinateur de BD, Manu Larssinet, et de sa compagne Mariette, qui en ont assez de leur vie à Juvisy, des gaz d’échappement et des embouteillages et qui décident de partir s’installer à la campagne, aux Ravenelles. Et "La vraie vie" nous offre le récit de leur installation: la désaccoutumance nécessaire pour ne plus confondre les silos à grains avec un Virgin Megastore, les rencontres avec les autochtones (Mr Henry, le maire, l’ermite et la mère Mortemont) qui parlent un drôle de patois et l’épreuve du premier hivernage. Et c’est que les Ravenelles, ce n’est pas le Montana que décrit Rick Bass dans "Winter" ou "Le livre de Yaak", mais ça y ressemble bien plus qu’on ne pourrait le penser a priori!
   
   Le dessin de Manu Larcenet n’est pas de ceux qui me séduisent immédiatement, avec ses bouilles à peine esquissées, ses gros pifs, ses petits yeux tout noirs et le noeud improbable de Mariette, trônant au sommet d’une couette à la Fifi Brindacier. Et pourtant, je n’ai pas tardé à tomber sous le charme de ces gags d’une demi page, qu’on peut grignoter par tout petits bouts comme on peut dévorer tout l’album d’un seul trait. C’est tout simplement dé-sar-mant . Et je ne compte vraiment pas m’arrêter au premier tome!
   
   * Voir "Les projets (Le retour à la terre, tome 2)" (p. 19)
   
   ** Voir aussi sur ce site la fiche de Manu Larcenet
   

critique par Fée Carabine




* * *