Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Métamorphoses de François Vallejo

François Vallejo
  Le voyage des grands hommes
  Ouest
  Madame Angeloso
  Groom
  L'incendie Du Chiado
  Dérive
  Les sœurs Brelan
  Vacarme dans la salle de bal
  Métamorphoses
  Fleur et sang

François Vallejo est un enseignant et écrivain français, né au Mans en 1960.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Métamorphoses - François Vallejo

Frère / sœur
Note :

   Rentrée littéraire 2012
   
   
   Alix s’inquiète pour son demi-frère Alban, dont elle s’est occupée presque comme d’une mère depuis leur enfance. Les parents ont toujours été très occupés par leur agence de voyage à vendre du dépaysement africain. Alban est plutôt instable et imprévisible, tantôt bon élève tantôt cancre, peu intégré à la société, aimant s’étourdir jusqu’à l’évanouissement par exemple dans les coasters (montagnes russes). Après des études spécialisées en chimie moléculaire, il travaille sur une thèse. Pourquoi s’inquiéter?
   
   L’ex-ami d’Alix, Ostend, devenu homosexuel lui parle de son frère qu’il semble maintenant connaître mieux qu’elle. Il se serait converti à l’islam radical. Aurait changé de nom et se ferait appeler Abdelkrim Youssef.
   
   Alix tente d’avoir une discussion sérieuse avec son frère. Il est en effet converti et, pour se défendre lui dit qu’elle même s’est transformée : autrefois plasticienne, elle a cessé de croire à l’art postmoderne, travaille à présent sur un chantier de restauration de peintures murales anciennes. De la discussion sort le fait qu’Alix doute de ce qui lui convient en tant qu’artiste et en général. Mais Alban lui, est convaincu. Lui, autrefois solitaire, s’est trouvé des amis, une communauté, des certitudes. Jusqu’où cela peut-il aller?
   
   Lorsqu’Alban part au Kenya, soi-disant pour un voyage touristique, en fait pour retrouver un groupe d’islamistes somaliens, pense Alix, elle se rend à son domicile, fouille dans ses papiers, décidée à savoir, à agir. Le studio d’Alban est plein de prospectus touristiques et de brochures vantant les mérites de l’Islam. Le langage est le même : expéditions paradisiaques, nouvelle vie enchanteresse, rêve, autre monde…
   
   Mais comment un homme aussi intelligent et instruit qu’Alban peut-t-il prendre cela au sérieux?
   
   Alix veut rester en contact avec son frère, le sauver de lui-même, et accessoirement éviter des attentats... elle s’y consacre, approchant ceux de son entourage qui semblent impliqués, interrogeant, menaçant, enquêtant avec acharnement, remuant ciel et terre. On dirait une mère cherchant à reprendre son enfant à des ravisseurs. Alix a plus de trente ans, mais renonce facilement à la vie qu’elle menait. Seul son frère compte. Ils forment un couple jusque là indissocié. On ressent l’engagement d'Alban comme une façon de provoquer l'admiration de sa sœur, mais aussi une tentative désespérée pour se détacher d'elle, et mener enfin sa propre vie. Il ne pouvait pas s’y prendre plus mal. A la suite d’Alix, les parents, la police, les Services du Renseignement s’en mêlent…
   
    Le texte se présente comme le journal d’Alix écrit au jour le jour au présent de l’indicatif, récit de sa quête du frère tantôt perdu, tantôt plus ou moins retrouvé, dans un sentiment d’urgence, bouillonnant d’émotions et de réflexions contradictoires. Les métamorphoses annoncées sont celles d’Alban qui lui paraît changé à chaque rencontre, insaisissable. En fait, rien ne change vraiment, leur lien est indéfectible, et l’unique vraie métamorphose sera biologique.
   
   Je n'ai pas trouvé dans ce roman de réflexion politico-sociale poussée. Rien de plus que ce que l'on trouve dans les journaux. L'intrigue est axée sur la relation fusionnelle du frère et de la sœur.

critique par Jehanne




* * *